Politique et Loi

L'avis d'ENERTRAG

Les renouvelables au banc des accusés: mauvais procès ou manque de vision d'avenir

Après l'enthousiasme du Grenelle, nous sommes surpris de voir certains leaders d'opinion tétanisés par le poids des renouvelables dans la CSPE (contribution au service public d'électricité) s'exprimer sur ces énergies imparfaites, peu fiables et coûteuses pour le citoyen.

Ainsi le solaire photovoltaïque et l'éolien offshore sont accusés de générer des charges potentiellement insupportables à l'horizon de 2020. Que le citoyen français contribue pour quelques euros par an au développement éolien et pour 30 euros par an pour le solaire ne nous choque pas. Il nous semble qu'il faudrait expliquer beaucoup mieux ce qui reste un investissement dans les énergies propres et vertueuses pour l'avenir.

Les règlementations s'accumulent, les moratoires de droit ou de fait se multiplient au point de refroidir les développements de capacités qui pourtant permettraient la création des filières industrielles tant attendues avec les emplois et les capacités d'exportation qui vont avec.

Dans le même temps, on chiffre la facture énergétique du pays à quelques 46 milliards pour 2010 en hausse de 19% sur 2009 soit la presque totalité de notre déficit commercial.

De l'autre côté de l'Atlantique, le Président Obama propose une dotation de 13 milliards de dollars au Département de l'Energie pour les énergies nouvelles, en augmentation de 19.9%.

Il faudrait aussi montrer les fantastiques courbes de baisse des coûts des énergies renouvelables depuis 25 ans pour emporter l'adhésion et redonner un espoir de voir la parité réseau bientôt atteinte. L'héritage de Colbert et Napoléon s'accommode mal du dynamisme et des progrès technologiques, nos carcans réglementaires ne permettent pas de suivre ces évolutions très rapides.

Le citoyen allemand paie d'assez bon cœur son kWh environ 20 centimes, le français 14 et pourtant c'est outre Rhin que se construisent et s'exportent les capacités de production d'éoliennes ou de panneaux photovoltaïques à tel point qu'un nouvel élan est à l'ordre du jour.

La feuille de route de l'UE ne se trompe pas et l'objectif de 2050 est affirmé, une réduction des rejets de 80 à 95% est envisagée de pair avec une forte amélioration de l'efficacité énergétique. A la clé, une réduction du coût des combustibles de l'UE entre 175 et 320 milliards par an qui justifie bien quelques efforts, en partie supportés par le contribuable pour autant qu'on puisse faire un effort de pédagogie.

Par ailleurs, nous sommes certains que la plupart des acteurs de la filière sont bien conscients que l'objectif est de s'affranchir de mécanisme de soutien pour pouvoir aborder sans complexe un marché libéralisé, pour autant qu'on veuille bien évaluer l'ensemble des externalités des différentes sources d'énergie.

Nous y travaillons, mais demandons un peu de patience et de liberté d'entreprendre. Rendez-vous en 2020!

Actualités

Landkarte als Symbolbild für Windfelder

Le débat autour de notre avenir énergétique est toujours d'actualité. Il n'est pas trop tard pour accélérer le développement des énergies renouvelables, produire du courant propre et assurer une certaine indépendance vis-à-vis des énergies fossiles conventionnelles.

CP SER Accélérons le développement des ENR